Colloque " Au-delà du biopic hollywoodien : nouvelles approches des vies filmées"

IMAGES_SITE_BIOPICS_ACCUEIL_4.jpg 


 PRESENTATION

Le terme très discuté de « biopic » comprend le mélange d’éléments fictionnels et non fictionnels dans des films biographiques qui racontent la vie de personnalités publiques en se centrant sur l’identité de la personne et le contexte de son émergence. On peut se demander jusqu’à quel point le concept de biopic pourrait être remplacé par celui de « biophotie », dérivé de celui d’« historiographie », proposé par Hayden White dans son article de 1988 « Historiography and Historiophoty » (in The American Historical Review 93.5: 1193–1199), pour définir « la représentation des vies et de ce que nous en pensons par des images visuelles et des discours filmiques » (cf. White, 1193). Contre Robert Rosenstone [‘History in Images/History in Words: Reflections on the Possibility of Really Putting History onto Film’, The American Historical Review 93.5: 1173–1185.] Hayden White soutient que le cinéma est un autre médium d’écriture de l’histoire, tout aussi valable que le texte imprimé. Dès lors, la “biophotie” désigne l’analogue filmique de la “biographie”, de même que l’« historiophotie » est celui de l’« historiographie ».

 

Ce colloque encourage ses participants à se projeter au-delà des cinémas nationaux pour définir les contours et les caractéristiques de ce genre cinématographique versatile en évolution, à la lumière des récentes productions de films biographiques, tout en faisant usage d’une large palette de concepts théoriques.

Le film biographique dévie souvent du récit historique pour mettre en lumière le talent d’écrivains, sculpteurs, chanteurs, scientifiques, personnalités politiques, etc., et sur les processus créatifs d’individus exceptionnels. Le succès du biopic, phénomène remarquablement persistant, offre aux réalisateurs et aux acteurs l’opportunité de marquer l’histoire du cinéma. En effet, le biopic représente une possibilité unique pour un acteur ou une actrice d’incarner une personnalité célèbre, capitalisant ainsi sur sa renommée nationale et internationale.

D’autre part, en tant que médium de plus en plus utilisé pour représenter des vies historiques et artistiques au cinéma, y compris dans les films documentaires et les séries télévisées, le biopic peut être compris comme une forme unique d’écriture, soulevant un certain nombre de questions relatives à la sélection et à l’ellipse, que les vies soient représentées à l’écran intégralement ou partiellement.

Les débats sur le biopic peuvent aussi concerner les questions de mise en intrigue, de dramatisation, d’esthétisation, et de performances d’acteur. Dans le cas de figures célèbres, mais aussi quand il s’agit de personnes moins noues, représentatives d’une catégorie sociale, le biopic joue nécessairement sur les images mentales qui préexistent dans l’esprit du spectateur, que ce soit pour les consolider ou pour les mettre en question. En ce sens, les biopics ont un impact « politique » considérable sur les discours et les récits de la polis, particulièrement à l’époque de la mondialisation, où la polis n’est à certains égards plus synonyme de telle ou telle nation et ses individus « exemplaires », ce qui permet au cinéma de travailler, plus largement que jamais, sur les mythes internationaux et les grands récits transnationaux.

Les contributions affirmeront de préférence des considérations théoriques prononcées. Les études de cas sont les bienvenues dans la mesure où elles illustreront des approches innovantes et des avancées de la connaissance par rapport à l’état de l’art de la recherche dans ce champ. Les contributeurs sont invités à baser leurs présentations sur des analyses de brefs extraits de films, et disposeront des moyens de vidéo projection nécessaires.

Les propositions de 200 mots au maximum devront être envoyées avant le 15 janvier 2019 à conference@biographysociety.org.

Comité scientifique : Delphine Letort & Taïna Tuhkunen (3LAM): Universités Angers & Le Mans; Joanny Moulin & Patrick Di Mascio (LERMA), Nguyen Phuong Ngoc (IrASIA), Yannick Gouchan & Colette Collomp (CAER), Thierry Roche (LESA), David Goldie (SATIS): Aix-Marseille Université.

INITIATEUR DU PROJET

Joanny MOULIN

PHOTO_MOULIN_VAL.jpg

Professeur des Universités

Aix-Marseille Université

Professeur de littérature anglophone à Aix-Marseille Université, agrégé d'anglais, il a été maître de conférence à l'Université Bordeaux-Montaigne de 1993 à 1999, où il a soutenu son habilitation sous la direction de Régis Ritz. Il a fait ses études supérieures à l'Université Lumière-Lyon II, où il a soutenu sa thèse sous la direction d'Adolphe Haberer. Il a enseigné, entre autres, à l'École Normale Supérieure de Tunis [archive], au Lycée Pierre & Marie Curie d'Annaba en Algérie, à la Cité Scolaire Pierre-Forest à Maubeuge et à l'IUT du Hainault-Cambrésis. À Aix-Marseille Université, il a créé la revue Erea, Revue d'Études Anglophones, dont il a été le rédacteur-en-chef de 2003 à 20084, et la Biography Society, Société Savante et Réseau International de Recherche qu'il préside depuis 2015. Joanny Moulin est membre du Laboratoire d'études et de recherches sur le monde anglophone (EA-853 LERMA,), de la Société des anglicistes de l'enseignement supérieur [archive] et de la Société des gens de lettres, membre élu du Conseil National des Universités (11e section) 6, membre senior de l'Institut Universitaire de France depuis 2017.

 

PUBLICATIONS DES ETUDES BIOGRAPHIQUES 2018 - 2019

COUV_LIVRE_2.png

 

 

 

 

Personnes connectées : 1